Ch. du Barboutzet 28

ach guet
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mi$$ Maxxx

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ponps
petit bramamaouh
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 29
Localisation : ché pas j'était pas la
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Mi$$ Maxxx   Mer 25 Oct - 9:37




Rencontre avec Mi$$ Maxxx et Robert Roccobelly, le plus grand artiste de rap avec le plus petit appareil génital


Le pape de la poésie et du porno
Comment présenter l’imprésentable Robert Roccobelly, rappeur lausannois au goût prononcé pour les belles raquettes de squash, les opérations de chirurgie esthétique dans les onéreuses cliniques cubaines, les courses de tuning sur les quais de Montreux, Riviera Boogie, les soirées champagne chez P. Diddy, les diamants, les billets verts, et tralala. Qui se cache derrière ce personnage magnétique et fascinant ? C’est lors d’une rencontre très hype par un jour de décembre dont le vent était aussi apte que celui de novembre à rétrécir l’appareil génital masculin, dans le salon d’un grand palace lausannois, accompagné de Micheline Maxxx, que nous avons pu mieux cerner le profil de notre love gangsta à tous.

Les origines du pourquoi du comment de Robert Roccobelly
Son vrai nom, c’est Roberto, Robert n’est que sa francisation et aussi une allusion au dictionnaire. Rocco, c’est une autre histoire, une histoire d’amour concrétisée par un poème « I love you Rocco », fruit d’une longue recherche sur le narcissisme et d’une fascination pour l’univers pornographique de Rocco Siffredi. S’étant plongé dans le personnage, Robert découvre, non sans ironie, un acteur, metteur en scène, scénariste et producteur de talent possédant un réel sens artistique à l’image de « The Dominator » (« c’est pas pour les fillettes »). Toujours sur le fil de l’explication sémantique, Belly ( le ventre, le nombril en anglais) s’imposait comme la partie du corps la plus révélatrice du travail de Siffredi et l’expression même de son narcissisme.
Il y a aussi une allusion au rockabilly, style musical de moins en moins répandu (considéré comme disparu par certains en 1958) mais au nom entraînant et cher à Johnny Cash.
Il précise :«C’est une sorte de contrepèterie qui donne des pistes pour comprendre mes textes», Car il faut comprendre que Robert Roccobelly est un être singulier, possédant une existence à part entière détachée de la personne de son géniteur Roberto, simple ex-habitant d’Aigle diplômé de l’école d’art dramatique de Lausanne, défini par lui-même comme un self made man à la street credibility inexistante.
Afin que cela soit clair, il s’agit donc d’un personnage inventé, vivant une vie fantasmée!
Si vous avez des réclamations suite à ses propos, adressez-vous à Robert et non à Roberto.

Les premiers pas dans le HipHop et Mi$$ Maxxx
Ses premières influences sont un mélange de rap français et de rap américain (Beastie Boys, Run Dmc, et Lionel D, découvert sur une cassette de Radio Nova). Très vite, Roberto a compris que le rap français n’était qu’un calque, une traduction du rap américain. Mais tout de même, « le rap est un truc profondément américain, ça fait partie du plan Marshall », ajoute Robert Roccobelly.
A 16 ans, il crée son premier groupe les Biscuits Boys, où déjà s’affirme le début de la dimension foutage de gueule, avec un titre comme « Plus de crèmes dans les mille feuilles », dont le refrain est « plus de crèmes dans les mille feuilles hot dog hamburger et chicken ». Il commence à faire du rap avec Doctor Dave leFunk et enchaînent plusieurs projets éphémères comme Rencontres du troisième type ou Godzilla Trio.
Ensuite, il y a son entrée au conservatoire, où il abandonne le rap pour un moment et splitte avec Dave. A partir de là, il commence à travailler diverses performances avec des danseurs contemporains, traîne avec des quarantenaires cocaïnomanes et cyniques dont l’influence sera peu bénéfique sur le moral, mais au final source de pulsion créatrice. En parallèle Robert pratique des expérimentations radicales avec son corps (traverser la scène dans une boule magique rose géante). Toutes ces influences diverses mèneront à la rencontre de Micheline par le biais du théatre et de la danse, qui deviendra Mi$$ Maxxx . Faisons donc une parenthèse avec cette charmante jeune femme et son parcours : Micheline est une vraie suédoise de Malmö qui répond au doux nom d’Emma. Militante écologiste de la première heure en Suède, elle s’exile en Angleterre suite à des déceptions politique et surtout pour suivre une école de danse, école de danse qui la mènera, au gré des rencontres, à travailler avec une illustre inconnue (peut être l’apercevrez-vous dans un de ses clips) pendant quelque temps. Puis, infatigable voyageuse, elle partira pour la Suisse ( « par phobie des élans » et probablement par avion) où elle réside depuis 4 ans, travaillant essentiellement dans la mise en scène (certainement une des artistes les plus sollicitées des Urbaines car montant une pièce à l’Arsenik en simultané du concert au D! ). Son envie de se lancer de la musique lui vient de son amour naturel du chant ( « tout le monde chante en Suède ! ») et forme à l’heure actuelle un duo scénique de choc avec Robert Roccobelly avant de se lancer dans un futur album solo. Quant à son double musical, elle définit ainsi: Mi$$ Maxx est un personnage romantique et dansant, un peu insouciant qui aime la fête et la scène, un peu à l’image d’une Princess Superstar auquel on ne peut s’empêcher de l’associer mais, toutefois, en plus innocente. Gageons que l’on en apprendra plus dans son album à venir !
Revenons-en à Robert/ Roberto :
« J’avais rien à enregistrer, à force de se marginaliser avec notre rap décalé, venant d’Aigle en plus et faisant du rap décalé, ça faisait un peu beaucoup de décalage. Il n’y a personne qui te soutient, personne qui rentre en dialogue avec toi. Ben, tu meurs et c’est ce qui a fini par arriver. Je n’avais plus rien à dire à personne. »
Le mélange de tous ces facteurs et le désir de reconnaissance sociale l’amène à réfléchir sur le sens de sa vie et surtout sur la question propre à nombre d’humains : que faire ?Après avoir annoncé son auto-sexualité à son chat, Roberto se souvient de ses anciennes amours et se relance dans la musique, moyen d’expression qui lui semble apte à faire office d’exutoire. Il sort donc une maquette qu’il donne à Ketak. Après 2 coups de fil et un rendez-vous, il se rend au studio et enregistre « On the rocks » avec le même Ketak en une demi heure et une prise.
« On the rocks est survenu à une époque où je n’en avais plus à foutre, j’étais à bloc et il fallait que ça sorte. »
L’intégration dans le crew 18sang C s’est faite petit à petit et Robert a fini de faire ses preuves lors d’un concert à Montreux suite à une remarquable performance scénique en interprétant The Freakshow.
À partir de là, tout s’enchaîne et Splash, album dont les textes ont été écrits rapidement mais pensés longtemps, est dans les bacs ; pas aussi tôt que voulu, les fonds manquant à l’époque pour le sortir.

Splash et diverses anecdotes
Quant à l’album, Robert précise que c’est le premier enregistré en tant qu’homme, c'est-à-dire avant son changement de sexe. Nous n’en saurons pas plus, le nom de « jeune fille » de Robert nous restera à jamais inconnu, nous laissant avec nos fantasmes et nos doutes.
Une fois l’album sorti, arrivent les concerts. Splash étant un album intimiste pouvant susciter une certaine incompréhension chez les handicapés du second degrés, les surprises furent nombreuses. A commencer par certaines réactions virulentes suite à un concert entamé par « la drogue c’est bien, donnez-en à vos enfants!» ou un concert annulé suite à de nombreux jets de bouteilles à Martigny. Mais ces évènements amusent plus qu’ils n’effraient ou ne découragent et, sachez-le bien, les deux compères sont friands de scène.
Durant les concerts, le show se veut à la fois funk et carré et Robert y apparaît souvent accompagné par ses acolytes Micheline, Zongo le mathématicien (authentique docteur en mathématique) ou encore à l’occasion Bub le zombie.
Il faut ajouter que Robert et Micheline ont une grande expérience de la scène suite à leurs carrières respectives de danseuse et de comédien, et que le spectacle, très festif, vaut le coup.
Pour la petite histoire, il faut noter la collaboration d’une vraie dominatrice dans un interlude pour le « j’ai croix, j’ai gode, j’ai fouet etc.. » .
Ah, et il vous faut encore savoir que Robert et Micheline jouent au scrabble.

Les Projets jet-setteurs de Robert
Changer les jantes de sa ferrari, changer une deuxième fois de sexe, organiser un show de tuning sur la Riviera, entraîner une équipe de pom pom girl avec Mi$$ Maxxx, regarder l’intégrale de Russ Meyer, publier ses chroniques de film porno, relancer la carrière de Marc Dorcel et de Laure Sainclair, etc…
Peut-être prochainement, une collaboration avec Bub le Zombie (un titre « Bob et Bub se pacsent » avait été prévu, mais le projet a avorté dans l’œuf), sortie d’une mixtape, le futur album de Micheline Maxxx bientôt dans les bacs en 2006 ou 2007 au plus tard, un concert en Suisse romande dont la date est à déterminer, un clip pour « On the Rocks » d’ores et déjà culte, et tant d’autres choses encore secrètes….
Et si cela ne vous a pas suffit ? Et si vous vouliez en savoir encore plus ? rendez-vous sur www.roccobelly.ch et http://www.u-blog.net/roccobelly !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nzo
chatte
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 32
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Re: Mi$$ Maxxx   Jeu 26 Oct - 7:28

Cool mais l'album est nul à chier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mi$$ Maxxx
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ch. du Barboutzet 28 :: Musique - cinéma - multimédia :: Musique-
Sauter vers: